À PROPOS

On aura toujours bien du mal à essayer de résumer et d’étiqueter le travail et le parcours de Tanx, et on la soupçonne même de s’en amuser…

Au gré des années, son travail d’illustratrice et son approche sans concessions (au propre comme au figuré) auront fait couler beaucoup d’encre. Le dessin de Tanx, reconnaissable entre mille, est suffisamment puissant et maîtrisé pour l’isoler du reste de la troupe des amateurs de l’école ricaine (pardon pour le raccourci). Croisée au sommaire de tonnes de publications alternatives, l’infatigable Tanx produit fanzines, gravures, illustrations, affiches de concerts, livres de bande dessinée avec une cadence métronomique évacuant toute possibilité d’avoir réellement les doigts propres.

Et lorsqu’elle se les lave, c’est pour taper sur son clavier et constituer de vitaux points de vue, souvent sous la forme de coups de gueule salvateurs, car la bordelaise est l’une des très rares à essayer d’attirer l’attention sur le dangereux mirage qui consiste à croire que l’artiste à forcément la belle vie : la précarité, les conditions du métier d’auteur, la condition des femmes sont au centre de ses préoccupations, entre autres sujets. Et on l’imagine bien ne jamais se calmer, ou alors tout juste le court temps de rejoindre sa presse typographique afin d’assurer la reproduction de ses propres œuvres, pour le plus grand bonheur des nombreux adorateurs de son boulot.

La minutie et la rage, le DIY et la farouche méfiance de “l’industrie”, l’énergie et l’engagement : puisqu’on vous dit que c’est dur de résumer Tanx…

(bio par Chifoumi)

Vous pouvez lire un article par là, et ci-dessous une longue entrevue avec la belle revue Les nouvelles de l’estampe, pour le n° du printemps 2015 (cliquez pour agrandir, vous pouvez faire clique droit > afficher l’image si c’est trop petit):

estampe-1 estampe-2 estampe-3 estampe-4 estampe-5 estampe-6 estampe-7