les jeunes ne lisent plus

Le 5 avril 2021, le programme est mis en place, non sans certains remous. C’était primordial, une question de vie ou de mort, une question de sécurité planétaire, il était question de sauver le monde de la fin de la lecture, plus menaçante encore que la ridicule montée des eaux, ces peccadilles de questions liées au travail, de mal-être lié à celui-ci, par exemple. Mais les gens ne pouvaient pas savoir ce qui était vraiment grave, forcément.

Il était tout de même question de sauver ce qui faisait l’essence de l’humain, ce qui le différencie de la bête, ce qui fait sa richesse et sa fierté : la culture et donc forcément la lecture. Et d’une génération à l’autre, on s’affolait depuis des siècles, tirant des sonnettes d’alarme que jamais personne n’écoutait vraiment  : les jeunes lisent moins qu’avant. Il était malgré tout étonnant qu’on ait encore autant de production de livres puisque les gens lisent de moins en moins de plus en plus, faisaient remarquer des petits malins contestataires qui ne maitrisaient pas la langue, marquant là leur appartenance à ces castes sous évoluées qui ne connaissent même pas Zola.

Sans doute le genre de personne à se contenter des paquets de céréales. Mais même pour eux, on avait fini par prévoir le coup. Les céréales au chocolat affichaient des extraits de À la recherche du temps perdu en corps 8, les céréales au maïs les discours officiels de grandes figures comme par exemple Malraux, ou Jack Lang. On colmatait les fissures en préparant les grands travaux. L’heure était grave et tout le monde était mis à contribution, comme une immense reconstruction après une terrible guerre, dont les victimes allaient errantes sans même savoir reconnaitre un Flaubert d’un Roucas. Effarés, des professeurs pleuraient convulsivement tous les soirs le sort de leurs jeunes qui préféraient trainer en mob sur la place du village et se rouler des palots plutôt que lire Balzac.

Les gens – ou plutôt futurs gens – devront désormais lire dès l’utérus. C’est la première étape avant de faire lire les spermatozoïdes et des ovules, mais le temps que la science aboutisse ses recherches en nanotechnologies sur des livres assez petits pour le permettre, il fallait à tout prix avancer dans cette voie et ne pas perdre de temps. En attendant et faute de mieux, on allouait des sommes pharaoniques pour équiper le ventre des femmes enceintes de haut-parleurs diffusant en continu les œuvres complètes de Voltaire.

D’ici 2030 on commencera à rattraper le retard et on inversera la tendance, avoir des bébés qui naitront avec des lunettes en demi-lune et déjà chiants comme la mort, alors les parents les tueront, le babillement des enfants s’étant transformé en ronflement continu, qui sur l’incroyable acuité de Flaubert sur son époque, qui de la flamboyance de Hugo. Les parents, les mains encore pleines du sang de bons petits critiques employés à la revue Lire dès leurs 3 mois atteints, se suicideront en laissant des lettres tellement mal écrites qu’on les faisait corriger avant de les faire lire, des lettres où ils disaient dans leur langage répugnant qu’ils ne savaient même pas ce qu’on était censés trouver dans les livres qui importait tant et qu’ils voulaient des enfants à mobylette qui roulent des palots sur les places des villages, devenues de tristes endroits où ne rebondissaient plus que des amarantes poussées par le vent.

2 réflexions au sujet de « les jeunes ne lisent plus »

  1. “puisque les gens lisent de moins en moins de plus en plus”
    ça, ça va me faire la journée :-)

  2. Les bébés qui naissent avec des lunettes demi lune, comme des petits vieux, qui commenceraient leur vie par la fin. On naîtrait à cent ans puis plus ça irait, plus on rajeunirait. Y’a qu’à 50 ans qu’on aurait vraiment son âge, puis à 80 on en aurait donc 20. On ferait nos 20 ans avec 80 ans d’expérience de vie. V’là l’orga des manifs. On dirait aux bébés à lunettes qu’ils s’inquiètent pas, qu’on a un plan pour les sauver de tous ces maux.
    (J’adore ta fable :D)

Les commentaires sont fermés.