le fond du slip

il toise mon sac, les bras croisés, ne me regarde même pas en face et lâche un “SAC” autoritaire
“SAC” c’est pas une phrase, “SAC” ça veut rien dire, est-ce que je me mets à déclamer “RÉGLISSE” comme ça en pleine poste, moi, non, alors je fais l’idiote :
-pardon ?
-SAC
décidément.
-je ne comprends pas, bonjour, déjà, et qu’il vous plait c’est pas du luxe
-oui bé je travaille moi, pour qui vous vous prenez

une femme âgée, le regard amusé, me prend le bras et me souffle un “laissez tomber”, je lui souris et lui dit que non, je laisserai pas tomber, que j’en ai marre.
je me prends pour une humaine dis donc, quelle outrecuidance, je refuse qu’on me parle comme à de la merde pour fouiller jusqu’au fond de mon slip à tout propos et toutes les 5 minutes sans broncher, sans le moindre signe de politesse ou le moindre égard, j’ai l’heur de me prendre pour autre chose qu’une vache qui attend qu’on vérifie son numéro.
J’en ai marre.
Le mec ne comprend pas que je refuse. Il veut voir mon sac, sac sac sac il a que ça à la bouche, il exige, il trépigne, il va se rouler par terre dans pas longtemps, il me laisse pas parler il m’énerve, je lui dis ok avec un grand sourire mais je veux voir d’abord votre assermentation qui vous autorise à ça.
Non. Il comprend pas.
ha ben ça m’aurait étonnée. il me désigne sa veste avec un SECURITÉ brodé dessus. Je lui dis que c’est pas une assermentation et je me peux très bien me balader en polo SECURITÉ si ça me chante. Il est exaspéré.
il ne comprend toujours pas. Une meuf intervient en disant “mais c’est pas possible ça”, je me dis, pendant 1/2 seconde, que ça y est enfin je déclenche quelque chose de positif, un refus des gens de se faire surveiller comme ça. Je vois déjà le blocus des clients une AG une barricade.

Naïve que je suis.

La meuf lève le menton, fière et sûre de son coup et m’assène la petite leçon gouvernementale et que je me rends pas compte si tout le monde faisait ça (et bien oui j’en rêve en fait) et que quand même on est dans une période d’attentat là j’en peux plus je lève les yeux au ciel, fais un geste de la main et lâche un “pfft” en rigolant, comme si j’avais une bombe dans mon sac franchement, et me concentre sur le flic improvisé. Je lui répète que je lui montrerai mon sac que si je vois son assermentation. Je suis devant la machine et je tremble en passant ma commande, deux foutues lettres à affranchir, la putain de fin du monde.
le mec me répète en boucle que je suis rien du tout pour lui, no shit sherlock, comme si j’avais pas déjà bien compris. Il me dit qu’il va appeler les flics, alors en collant mes timbres je soupire “mais allez-y, appelez-les”, il téléphone, il angoisse, il geint au téléphone que je veux pas montrer mon sac comme un écolier qui se plaint au maître, j’hallucine, il leur dit que je demande une assermentation et je donnerais cher pour entendre ce que la personne à l’autre bout peut bien lui dire. La femme âgée est à la machine à côté de moi et ricane, je dis “mais quel bon dieu d’histoire du siècle, entrer sans montrer son sac” le mec s’agite encore plus, va voir tout le monde dans la poste en chouinant que je veux pas montrer mon sac, les guichetiers s’en foutent, et pendant ce temps là une foule entre sans montrer son sac.
“mais c’est la loi” jérémiade t-il, ce à quoi je réponds que c’est aussi la loi de montrer cette foutue assermentation.

Comme à chaque putain de fois.

Je vais mettre mes deux foutues lettres dans la boite, le mec me dit de rester là je dis non, il braille FERMEZ LES PORTES au cas où j’ai une bombe autant que je reste dedans tu vois la logique du truc, je dis c’est ça oui et je sors, il tente de me bloquer le passage avec son bras, je le regarde salement en lui disant de ne pas me toucher. Devant la poste, je détache mon vélo en pestant, le mec continue à me parler je l’entends pas, j’enfourche mon vélo quand il me dit qu’il m’a filmée.

Filmée en train de détacher mon vélo ? wow, appelez 3 compagnies de CRS ! contactez le GIGN de suite ! passez vite à vigipirate rougerougerouge !
et je pars en lui disant que j’en ai rien à branler.

Memento Morille (réédition)


réédition de la linogravure Memento Morille réalisée en 2015
Papier Laurier 180gr 15x24cm, gravure d’environ 9,5×15,5cm
Encre typo. Nouvelle édition de 50 exemplaires numérotés et signés

12€ + port (envoi simple)



les jeunes ne lisent plus

Le 5 avril 2021, le programme est mis en place, non sans certains remous. C’était primordial, une question de vie ou de mort, une question de sécurité planétaire, il était question de sauver le monde de la fin de la lecture, plus menaçante encore que la ridicule montée des eaux, ces peccadilles de questions liées au travail, de mal-être lié à celui-ci, par exemple. Mais les gens ne pouvaient pas savoir ce qui était vraiment grave, forcément.

Il était tout de même question de sauver ce qui faisait l’essence de l’humain, ce qui le différencie de la bête, ce qui fait sa richesse et sa fierté : la culture et donc forcément la lecture. Et d’une génération à l’autre, on s’affolait depuis des siècles, tirant des sonnettes d’alarme que jamais personne n’écoutait vraiment  : les jeunes lisent moins qu’avant. Il était malgré tout étonnant qu’on ait encore autant de production de livres puisque les gens lisent de moins en moins de plus en plus, faisaient remarquer des petits malins contestataires qui ne maitrisaient pas la langue, marquant là leur appartenance à ces castes sous évoluées qui ne connaissent même pas Zola.

Sans doute le genre de personne à se contenter des paquets de céréales. Mais même pour eux, on avait fini par prévoir le coup. Les céréales au chocolat affichaient des extraits de À la recherche du temps perdu en corps 8, les céréales au maïs les discours officiels de grandes figures comme par exemple Malraux, ou Jack Lang. On colmatait les fissures en préparant les grands travaux. L’heure était grave et tout le monde était mis à contribution, comme une immense reconstruction après une terrible guerre, dont les victimes allaient errantes sans même savoir reconnaitre un Flaubert d’un Roucas. Effarés, des professeurs pleuraient convulsivement tous les soirs le sort de leurs jeunes qui préféraient trainer en mob sur la place du village et se rouler des palots plutôt que lire Balzac.

Les gens – ou plutôt futurs gens – devront désormais lire dès l’utérus. C’est la première étape avant de faire lire les spermatozoïdes et des ovules, mais le temps que la science aboutisse ses recherches en nanotechnologies sur des livres assez petits pour le permettre, il fallait à tout prix avancer dans cette voie et ne pas perdre de temps. En attendant et faute de mieux, on allouait des sommes pharaoniques pour équiper le ventre des femmes enceintes de haut-parleurs diffusant en continu les œuvres complètes de Voltaire.

D’ici 2030 on commencera à rattraper le retard et on inversera la tendance, avoir des bébés qui naitront avec des lunettes en demi-lune et déjà chiants comme la mort, alors les parents les tueront, le babillement des enfants s’étant transformé en ronflement continu, qui sur l’incroyable acuité de Flaubert sur son époque, qui de la flamboyance de Hugo. Les parents, les mains encore pleines du sang de bons petits critiques employés à la revue Lire dès leurs 3 mois atteints, se suicideront en laissant des lettres tellement mal écrites qu’on les faisait corriger avant de les faire lire, des lettres où ils disaient dans leur langage répugnant qu’ils ne savaient même pas ce qu’on était censés trouver dans les livres qui importait tant et qu’ils voulaient des enfants à mobylette qui roulent des palots sur les places des villages, devenues de tristes endroits où ne rebondissaient plus que des amarantes poussées par le vent.