l’idiot (rêve de janvier)

Un homme apprend que c’est l’apocalypse. Mais il est perdu : que faire pour ces dernières heures à vivre ? Il regarde la dernière éclipse qui approche, avec la lune beaucoup plus grosse que d’habitude, elle commence à se fendiller, et la terre qui secoue. Il est dans un bus et voit un contrôleur. Il s’avère que c’est un sans-papier embauché comme tel, pour emmerder les voyageurs. Il lui demande si il compte mettre des amendes, le contrôleur répond oui.
“et tu sais pourquoi tes patrons te le demandent ? Parce qu’ils savent que tout le monde veut voir ses proches, sa famille, ses amis, et il fait de la panique une fausse alerte. Est-ce que tu as envie, toi, de donner les derniers instants de ta vie à ce connard ?”
Sur les téléphones, on peut suivre la course de cette ultime éclipse en temps réel, les nez des gens dessus. L’ombre avance et avec elle le craquement de la croûte terrestre s’amplifie.
L’homme ne sait pas quoi faire.
Il est dans le bus, puis dans la rue.
Il allume son lecteur MP3 mais une espèce de procession religieuse sort d’une église avec une fanfare et il lui prend l’envie de la suivre parce que l’air est très beau. Il pense qu’il est profane, qu’il faudrait sans doute qu’il écoute de la musique qu’il aime beaucoup pour conclure le monde et la vie mais il ne sait pas quoi choisir, aucun air sur son MP3 ne semble à la hauteur.
Il écoute l’intervention d’un homme d’état quelconque, avec quelqu’un qu’il connait près d’elle. L’homme politique déblatère sans fin, et l’homme se retourne, pour regarder derrière le visage des gens qui écoutent. Il voit la lune, énorme, très proche, et le soleil caché derrière. La lune se craquèle, les rayons dorés du soleil dessinent des lignes irrégulières sur sa surface. Il dit à la personne avec elle, en la forçant à tourner la tête : “regarde, c’est vraiment beau”.
Il sent la panique l’envahir et serrer sa poitrine. Non pas la panique de la fin du monde, mais la panique d’avoir trop de choix à faire en si peu de temps et la peur de se tromper.